Inlay

L'odontologie conservatrice désigne les techniques de traitement qui préservent le plus possible les 

tissus dentaires sains (émail, dentine). Dans un premier temps, les tissus touchés par la carie sont 

éliminés à l'aide de fraises et la cavité nettoyée.

Dans un deuxième temps il convient de reconstituer la dent, deux techniques sont envisagées :

A. Technique directe :  composite (ou amalgame)

 Le  comblement de la cavité est réalisé directement au fauteuil par le chirurgien-dentiste, avec un 

matériau plastique [mou] qui est ensuite durci.

Les amalgames (ou « plombages ») à base d’argent, étain, cuivre et mercure, sont délaissés au profit 

des résines composites  : l'adhésion à la dent se fait par collage sur une surface parfaitement sèche 

(ce qui constitue une difficulté). La teinte est comparable à celle de la dent.

Les composites exigent une très bonne hygiène pour tenir dans le temps.

Rapide, cette technique n’est utilisée que dans le cas de petites reconstitutions.

B. Technique indirecte : inlay

Quand les caries sont plus volumineuses, un composite n’est pas suffisant, on réalise alors un inlay.

Cette technique consiste à prendre l'empreinte de la cavité puis à faire fabriquer la partie 

manquante par un prothésiste. Un devis détaillé vous sera proposé.

L’inlay sera collé lors d’une 2e séance.

Les techniques indirectes offrent une meilleure qualité d'obturation, les points de contact avec les 

dents voisines sont restaurés efficacement, diminuant ainsi les risques de carie et de gingivite.

Dans certains cas, l'inlay peut constituer également une alternative intéressante par rapport à une 

couronne, plus mutilante pour la dent.